EDITO du Curé

« Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous ». Voilà la parole qui ponctue le 5ème Dimanche de Pâques (15 mai 2022), jour où sera canonisé à Rome, le Bienheureux Charles de Foucauld. Etranges paroles ! Alors que l’étau de la haine et la trahison enserraient déjà Jésus, l’Évangile de Jean le fait parler de « gloire ». Il va, dit-il, glorifier son Père et être glorifié par lui. Ce Jésus bientôt bousculé, giflé, moqué, battu, crucifié, ce serait…La gloire de Dieu ? Celui qui a écrit ces mots était-il un illuminé ou un sadique, a-t-il mesuré l’énormité de ces propos ? On voyait parfois à l’époque où cet évangile fut écrit le triomphe d’un général romain que Rome accueillait dans l’allégresse lorsqu’il arrivait victorieux à la tête de son armée. L’auteur de l’Évangile de Jean avait vu dans les cités du temps les personnages illustres défiler en grand costume. C’est ce que fit dans ces jeunes années, le bienheureux Charles de Foucauld. Il défilait à l’école de Saint Cyr, ce jeune militaire voulait servir son pays. Et puis un jour bouleversement quand Dieu se montre, quand Dieu rayonne dans la foule c’est pour Charles de Foucauld une révélation, un amour de la prière, une envie de se donner tout à lui qui devient un appel de vérité. Et Charles va suivre celui qui va jusqu’au bout, malgré parfois les peurs, les coups, l’agonie, il sait que ce qui remporte la victoire sur le mal, c’est l’amour, don total. Charles de Foucauld prend part à une vie humble, discrète et pleine d’amour et de prière. À Tamanrasset, il déploie son amour à célébrer l’eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne. Assassiné en 1916 alors qu’il n’a que 58 ans, Charles de Foucauld deviendra celui que l’on appelle plus couramment le « Frère universel ». Jésus a fait surgir dans sa vie et sa mort, dans sa démarche vers le Dieu qui ressuscite, une « Alliance nouvelle », une union jamais espérée entre Dieu et les hommes. Voilà un signe universel, là est la nouveauté qui dépasse le vœu le plus haut de l’humanité. Charles de Foucauld par sa mort en martyr ouvre sur des communautés chrétiennes qui sont appelées à être des lieux où l’on s’aime, où l’on aime sans limite, parce qu’on accueille l’amour qui vient de Dieu pour le prolonger vers toute la terre. Et faire chaque jour le monde « nouveau ». N’est-ce pas le propre d’un frère universel ?

Abbé Sébastien LAOUER, votre Curé !

 

 

6ème Semaine de Pâques-C

" Nous viendrons vers lui et, chez lui,

nous nous ferons une demeure" Jean 14,23

 

 

"Je vous laisse la paix, je vous donne la paix."

Jésus ne nous offre pas une paix facile,

il ne nous promet pas une vie

épargnée par les difficultés.

La paix que Jésus donne,

c'est l'assurance de sa présence à nos côtés.

Lorsque nous sommes dans la joie,

il se réjouit avec nous.

Lorsque nous trébuchons, il nous relève.

Et quand nous souffrons,

son esprit de courage

et de sérénité demeure à nos côtés.

22mai2022