LETTRE DU CURE

EDITO du Curé

La justice pourrait-elle bien être une thématique de Carême ? Mais comment rendre à ce terme un sens cohérent pour les temps qui sont les nôtres. La justice n’a pas diminué, ni augmenté. L’homme n’en a fait qu’une procédure pour obtenir raison, dédommagement et rétablissement de l’ordre. Cependant la justice de Dieu n’est pas entendue ainsi, celle-ci a plus pour objet de rendre l’amour à chacun. Voilà la justice de Dieu : aimer. Donner de l’amour à l’homme pour qu’il voit combien il est important, combien il est nécessaire, combien il est à l’image d’un Dieu d’amour. Peut-être que l’urgence est de redonner un visage d’amour à la justice. Correction ! s’il en est une, qu’elle soit fraternelle et bienveillante, non abaissante et destructrice. Saint Joseph (que nous fêtons le 19 mars) est souvent associé à cette image de justice. Saint Joseph : un homme juste qui n’hésite pas à prendre Marie chez lui pour élever avec elle, l’enfant de Dieu. Quelle preuve de justice aussi bien dans son coeur, que dans la société de son époque !. Saint Joseph a bousculé les codes sociaux, a bousculé les règles de l’obéissance à un Dieu, qui venus en songe par un ange qui lui apporte la bonne nouvelle du salut qui va entrer sous son toit. Alors les
questions sont les suivantes : Pendant ces quarante jours avant Pâques, quarante jours de combat spirituel, aurons-nous à coeur de remettre de la justice dans nos actions, dans nos familles, dans nos vies, dans nos paroisses ? Et cette justice ressemblera-t-elle à ce que Jésus nous propose ? ou encore à ce que Saint Joseph accepte ? Ces quarante jours de réflexion ouvriront certainement sur des réponses pour nous tous.

BON CARÊME DE JUSTICE ET DE PAIX A VOUS TOUS !

Abbé Sébastien LAOUER, votre Curé !

 

5ème Semaine de Carême -A

 " Lazare, viens dehors ! " Jean 11,43

 

"Jésus aime Marthe, Marie et Lazare,

chacun tel qu'il est :

Marthe avec sa foi déterminée,

Marie avec sa délicatesse et le parfum de tendresse

qui sort de son coeur,

Lazare, dans la nuit de son tombeau.

Jésus éprouve pour chacun d'entre nous

une amitié unique.

Il est toujours là pour nous ramener à la vie.

unnamed