EDITO du Curé

Pour cette nouvelle décennie qui débute avec l’Année 2020, sans doute la question que nous pouvons nous poser est : « Comment allons-nous pouvoir continuer notre vie dans un monde si éprouvé dans bien des domaines ? » S’il en est un urgent c’est celui de l’écologie. Dans son encyclique « Laudato Si » parue déjà en 2015, le Pape François s’adresse au monde entier, et a été entendu bien au-delà du monde des catholiques. Il pose la question de la responsabilité des hommes dans la crise écologique actuelle. Un grand défi s’ouvre à nous tous ; un défi culturel, spirituel et éducatif, qui supposera de longs processus de régénération. Plus le cœur des personnes est vide, plus elles ont besoin d’objets à acheter, à posséder et à consommer. Heureusement que parfois, notre corps nous arrête dans cette course folle à vouloir gagner et même maîtriser le temps. Pour cela sachons plutôt anticiper les choses au lieu de les entreprendre à la dernière minute. Alors du temps et de la place, nous en aurons. Le matériel a ses limites, il n’est pas le tout. Si pour certains accumuler rime avec puissance, pour d’autres, se détacher du futile et ne s’attacher qu’à l’essentiel suffira à les élever dans un amour et un respect de soi-même et des autres. L’Ecologie ce n’est pas qu’une question de déchets, c’est aussi une question d’amour. Comme à la crèche, les rois ont offert à Jésus leurs présents : Or, Myrrhe et Encens (que des produits naturels), Dieu lui, nous a offert le monde. A nous d’en être responsable à notre échelle et de ne pas faire la sourde oreille aux problèmes qui se posent. L’Avenir nous appartient : c’est à nous de faire en sorte que la vie l’emporte sur la mort. Et qui sait, peut-être qu’un jour l’individualisme cessera et que l’unité l’emportera sur le reste ? En attendant, je vous souhaite, à vous et à vos proches, d’aller dans ce sens !

BONNE ET SAINTE ANNEE 2020 A VOUS TOUS !

Abbé Sébastien LAOUER, votre Curé !

 

2ème Dimanche du Temps Ordinaire-A

  "C'est lui le Fils de Dieu" Jean 1,34

 

 

Nous somems entrés dans le temps ordinaire,

mais les textes nous font encore méditer

sur le baptême du Seigneur.

Jean le Baptiste reconnaît en Jésus l'Agneau de Dieu,

Celui sur qui l'Esprit repose en plénitude.

Nous aussi nous avons reçu cet Esprit,

comme le proclame le prophète Isaïe,

nous avons de la valeur aux yeux du Seigneur.

 

19JANVIERBAPTEMESUITE